Implantologie

Home / Implantologie

Implantologie

Depuis des décennies, les implants dentaires ont prouvé leur efficacité dans le temps pour supporter de la prothèse amovible ou de la prothèse fixe que ce soit pour retrouver le sourire ou tout simplement le plaisir de manger.

Si vous n’avez pas assez d’os pour poser des implants, sachez que nous pratiquons des comblements osseux et des greffes sous-sinusiennes.

Des informations complémentaires vous sont proposées ci-après :

Il s’agit d’une racine artificielle destinée à créer, dans les mâchoires, des ancrages stables, résistants et durables, sur lesquels s’adapte une prothèse dentaire mobile ou fixe, en vue de redonner au patient la possibilité de mastiquer et une esthétique acceptable dans la vie de tous les jours. Les implants sont en titane. Ce métal est naturel et biocompatible avec le corps humain. Il a été utilisé pour traiter des centaines de milliers de patients ces 50 dernières années.

Tout d’abord aux patients complètement édentés : la plupart sont des patients âgés. Ils se plaignent souvent de l’instabilité de leur prothèse dans leur bouche, présentent des problèmes pour mastiquer les aliments et, de ce fait, peuvent souffrir d’une mauvaise digestion. Ils sont indiqués aussi chez les patients partiellement édentés, c’est-à-dire ceux qui n’ont perdu que quelques dents soit pour des raisons de maladies parodontales lorsque les dents n’ont plus de support osseux soit par caries soit à la suite d’un accident.

Les bienfaits du traitement par implant comprennent l’esthétique, la possibilité d’accroître la mastication, d’apprécier votre nourriture et de protéger l’os des mâchoires.

Les implants sont mis en place en douceur. On prend particulièrement soin de ne pas abîmer les tissus. La plupart des patients disent que cette intervention n’est pas plus douloureuse que les soins dentaires de routine.

Bien sûr, comme dans tout acte chirurgical. En premier, un mauvais état général (maladies sanguines, cancers, diabète insulino-dépendant non équilibré, troubles psychiatriques profonds…) interdit la pose d’implant. La relation avec le médecin traitant est, dans tous les cas, nécessaire.

En second lieu, l’état de la bouche est capital : outre un brossage rigoureux des dents, les caries et les problèmes de gencive doivent être impérativement soignés avant tout acte implantaire. Ce qui importe également, c’est la quantité d’os (hauteur et largeur), sa qualité (os mou, par exemple) et les obstacles anatomiques (nerfs, vaisseaux sanguins, cavités). Avant de planter un piquet dans son jardin, ne s’assure-t-on pas de la qualité du sol et de la présence éventuelle de fils électriques ou tuyaux enfouis ?

Pour juger de l’état général, un bilan sanguin est pratiqué. Si l’intervention s’effectue sous anesthésie générale (rare) ou sous analgésie (plus fréquente), une consultation avec l’anesthésiste est indispensable.

Puis viennent les examens radiologiques tels que radiographie panoramique, téléradiographie, scanner ou Cone Beam (radio en 3D).

Enfin, l’examen clinique local est pratiqué avec l’appréciation de la hauteur entre les maxillaires, la réalisation de modèles d’étude en plâtre à partir desquels le résultat esthétique final de la future prothèse sera simulé.

Le lieu chirurgical doit offrir des garanties de stérilité et de sécurité pour le patient. Les implants sont posés dans notre cabinet dans un local spécialement aménagé.

Pour la chirurgie implantaire, le  » Guide de prévention des infections liées aux soins en chirurgie dentaire et stomatologie  » publié par le Ministère de la Santé en juillet 2006, a confirmé que la salle d’intervention spécifique n’était pas obligatoire mais recommandée. Concernant l’hygiène et l’asepsie en chirurgie dentaire, l’article 3-1 du code de déontologie des chirurgiens dentistes, issu du décret N°94-500 du 15 juin 1994, impose aux praticiens de prendre  » toutes dispositions propres à éviter la transmission de quelque pathologie que ce soit « .

N.B . : Depuis le 8 février 2016, pour des raisons personnelles, je n’exerce plus à la Polyclinique Côte Basque Sud.

Aucun, à condition que les contre-indications évoquées précédemment soient respectées et que les précautions d’aseptie rigoureuse soient prises pour éviter tout risque d’infection.

A proprement parler, un rejet n’existe pas. Le rejet concerne les organes implantés dans l’organisme, comme par exemple la greffe d’un cœur provenant d’une autre personne.

Parle-t-on de rejet dans la chirurgie orthopédique et plus particulièrement dans les cas de prothèse de hanche également en titane ?

Cependant, comme pour toutes les techniques médicales, les échecs sont possibles. Ils peuvent être dus soit à une infection, soit à des mauvaises conditions de forage, soit à une faible densité et qualité osseuse.

Alors, l’implant devient mobile et douloureux. Il est retiré et on attend une nouvelle cicatrisation osseuse avant de pouvoir mettre un nouvel implant.

Le patient ne peut que s’en remettre à son praticien traitant qui aura sa propre conviction sur tel ou tel système.

Aujourd’hui les cas les plus anciens dépassent les 50 ans. Une des conditions indispensables pour pérenniser le résultat est le contrôle annuel des implants.

Non, les actes implantaires ne sont pas pris en charge (NPC), c’est-à-dire non-remboursés (NR) par la Sécurité Sociale mais éventuellement pris en charge par une mutuelle complémentaire selon le contrat souscrit. Pensez à consulter votre Mutuelle Complémentaire ou un organisme de crédit spécialisé comme Odontolease ou bien encore votre banque. Nous vous conseillons de prendre votre décision en fonction de ce que vous pensez être le mieux pour votre santé orale et générale. Mieux vaut différer les paiements que les traitements.

En fonction des éléments fournis (bilan de santé, radiographies, modèles) et de l’examen initial, un devis vous est remis. Avant de commencer les soins, il devra être signé par les 2 parties, c’est-à-dire le praticien et le patient.

Oui ! L’entretien des implants permettra d’assurer le succès à long terme de votre traitement. Vous devrez maîtriser  chaque jour votre plaque bactérienne. Il est souhaitable de consulter deux fois par an pour un suivi de santé dentaire, dans le cadre de votre Prévention Dentaire Personnalisée.